Quels sont les solutions efficaces contre la déperdition thermique?

Les déperditions thermiques dans une maison sont un problème typique qui peut avoir une influence considérable sur la consommation d’énergie, les dépenses de chauffage et le confort général. Le manque d’isolation, les fuites dans l’enveloppe du bâtiment et les courants d’air sont autant de sources potentielles de déperdition thermique.

La raison de la déperdition thermique peut être difficile à déterminer, mais il existe un certain nombre de traitements pratiques qui peuvent aider à réduire la déperdition thermique et à améliorer les niveaux de confort de la maison. Vous pouvez économiser de l’argent sur vos dépenses de chauffage et améliorer votre confort pendant les mois d’hiver en prenant des mesures pour prévenir les déperditions thermiques dans votre maison.

Quelles sont les origines de la déperdition thermique de la maison ?

Les déperditions thermiques d’une maison se produisent principalement par le toit, les murs et les ouvertures. En moyenne, 25 % – 30 % de la chaleur est perdue par le toit, 20 % – 25 % par l’air et les fuites, et 15 % – 20 % par les murs. En outre, 10 % – 15 % de la chaleur est souvent perdue par les ouvertures telles que les fenêtres et les portes, et jusqu’à 10 % sont dus aux sols bas.

Toutefois, ces valeurs fluctuent en fonction de l’âge et de l’isolation de la propriété. Par conséquent, il est essentiel d’examiner chaque propriété séparément afin de découvrir où se produisent les plus grandes déperditions thermiques. En mettant en œuvre ces procédures, les propriétaires peuvent réduire les déperditions thermiques et rendre leur maison plus agréable pendant les mois les plus frais.

Quelques conseils pour identifier une déperdition thermique

Le recours aux services d’un professionnel

La réalisation d’un audit énergétique professionnel de votre maison est une excellente approche pour découvrir les éventuelles déperditions thermiques. Un thermicien peut utiliser diverses technologies, comme une caméra thermique ou une caméra endoscopique, pour identifier les endroits où la chaleur s’échappe. Ces informations peuvent ensuite être utilisées pour rendre votre maison plus efficace sur le plan énergétique, ce qui vous permettra de réaliser des économies sur vos dépenses de chauffage.

Une mise en garde

Il existe de nombreux symptômes cruciaux qui peuvent vous aider à déterminer si votre maison perd de la chaleur. La sensation de froid ou de chaleur dans votre maison est l’un des signes les plus typiques. Si vous avez régulièrement l’impression que votre maison est soit trop chaude, soit trop froide, cela peut être un signe de perte de chaleur. Certains signes sont également importants, tels que l’effet « paroi froide ».

En cas de froid intense dans votre maison, une différence de température de 3 °C entre les murs et le milieu de la pièce n’est pas inhabituelle. Cela peut être dû à une isolation insuffisante des murs.

Lorsque vous observez l’un ou l’autre de ces signes, ou les deux, vous avez peut-être un problème de déperdition thermique dans votre maison et vous devriez prendre des mesures pour renforcer l’isolation.

Comment réduire les déperditions thermiques ?

Diverses techniques de travail peuvent être utilisées pour contrer les déperditions thermiques. Voici quelques mesures simples que vous pouvez prendre pour réduire les déperditions thermiques et augmenter le confort thermique sur votre maison :

L’isolation des fenêtres

En ce qui concerne l’isolation des fenêtres, tenez compte des performances thermiques de vos ouvertures. Les fenêtres, les portes et les baies vitrées sont toutes concernées. Les déperditions thermiques peuvent être réduites en remplaçant vos fenêtres par du double ou du triple vitrage. Vous pourrez optimiser vos économies d’énergie si vous remplacez les menuiseries en même temps. Un remplacement total des fenêtres peut être coûteux, mais il en vaut la peine sur le long terme.

L’isolation des murs

L’isolation des murs est l’un des moyens les plus efficaces d’augmenter l’efficacité énergétique de votre maison. Non seulement elle rend votre espace de vie plus agréable, mais elle peut aussi vous aider à économiser de l’argent sur vos dépenses énergétiques. Il existe deux types d’isolation des murs : l’isolation extérieure et l’isolation intérieure.

L’isolation extérieure est souvent plus efficace car elle permet de réduire les ponts thermiques.Elle est cependant plus coûteuse et peut nécessiter l’autorisation de votre association de propriétaires. L’isolation intérieure est moins chère et plus rapide à installer, mais elle prend plus de place dans votre maison. Par conséquent, avant de faire un choix, il est essentiel d’analyser les avantages et les inconvénients de chaque solution.

L’isolation du toit

Envisagez d’isoler votre toit si vous souhaitez augmenter l’isolation de votre maison. Il existe de nombreuses options disponibles selon la disposition et la configuration de votre propriété. Par exemple, l’isolation du plancher des combles est une excellente méthode pour conserver la chaleur dans votre maison si vous avez un grenier qui peut être transformé en espace habitable. Vous pouvez également isoler un toit plat par l’extérieur. Vous pouvez profiter d’une maison plus chaude et plus agréable tout l’hiver en prenant des mesures pour augmenter l’isolation de votre toit.

L’isolation du sol

L’isolation d’une maison à plancher bas présente divers avantages et inconvénients. L’isolation peut pénétrer dans votre plancher par le bas, par le haut ou entre les éléments de la structure. Pendant la restauration, l’isolation du plancher inférieur est normalement conservée. Elle n’a aucun effet sur la hauteur du plafond, mais elle a un effet sur le confort du plancher et sur l’efficacité énergétique globale de votre maison.

La ventilation

Les mois d’hiver sont idéaux pour aérer votre maison et se débarrasser de l’air vicié. En revanche, l’ouverture des fenêtres entraîne des courants d’air froids et une augmentation des coûts énergétiques. Il existe heureusement des moyens d’aérer votre maison sans compromettre la chaleur. La ventilation mécanique contrôlée (VMC) est une solution .

Ce type de ventilation favorise l’évacuation de l’air humide, ce qui permet d’éviter les déperditions thermiques dues au renouvellement de l’air. Par conséquent, la VMC peut vous aider à garder votre maison agréable tout en économisant sur votre facture d’énergie. Donc, si vous cherchez une technique pour augmenter la ventilation de votre maison, la VMC est absolument à étudier.

Quelles sont les conséquences de la déperdition thermique?

La déperdition thermique a un certain nombre de conséquences, notamment une diminution du confort, un gaspillage d’énergie et une augmentation de la consommation de chauffage. En raison de cette surconsommation, les dépenses énergétiques du ménage peuvent augmenter, tout comme son impact carbone. De plus, les déperditions thermiques entraînent fréquemment un inconfort thermique, donnant l’impression qu’il fait plus froid en hiver et plus chaud pendant les canicules. L’isolation et d’autres mesures visant à limiter les déperditions thermiques peuvent contribuer à atténuer ces effets néfastes.

La déperdition thermique en bref

La déperdition thermique est l’expression utilisée pour décrire les pertes thermiques que subit une structure. Ces déperditions thermiques peuvent être causées par un certain nombre de facteurs, notamment une isolation inadéquate et une mauvaise circulation de l’air. Les déperditions thermiques peuvent avoir une influence considérable sur l’efficacité énergétique d’un bâtiment, il est donc essentiel de prendre des précautions pour les éviter.

Pour permettre une régulation efficace de la température dans une structure, la continuité des surfaces qui divisent l’air intérieur et extérieur doit être rompue. Ces zones de rupture, également appelées « zones de fuite d’air », permettent à la chaleur de circuler entre les deux compartiments.

En hiver, l’air chaud de l’intérieur du bâtiment peut s’échapper par ces espaces, ce qui entraîne une déperdition thermique et une augmentation des dépenses énergétiques. De la même manière, l’air chaud extérieur peut pénétrer dans la structure par ces mêmes trous en été, rendant l’intérieur inconfortablement chaud. En scellant ces espaces, vous pouvez réduire les déperditions thermiques en hiver et gagner de la chaleur en été, ce qui améliore l’efficacité thermique globale du bâtiment.